LES MEILLEURS SPECTACLES DU FESTIVAL, LE BOUCHE À OREILLE

6. Se produire à Avignon avec ses enfants, c’est possible !

24 juillet 2017, Dans: COULISSES, LES CHRONIQUES DE GAEL
1

Par Gaël Dubreuil. Les artistes sont des gens comme les autres, seulement un peu plus insouciants ou passionnés. Rencontre avec ces personnages étranges que sont les parents-artistes qui décident de venir faire Avignon avec leur portée.

J’ai rencontré Florence, la productrice du spectacle La guitarra y la palabra qui est venue avec son chanteur de compagnon et leurs deux enfants de respectivement 2 et 6 ans. Partir avec eux leur demande une sacrée organisation. D’autant que pour ce couple, c’est un premier festival du côté des artistes.

Les dix premiers jours ont été nerveusement épuisants, entre l’affichage, le montage, le tractage et la nouvelle vie dans un tout petit appartement (en juillet les loyers gonflent autant que la courbe du cholestérol à Noël). Peu à peu, ils ont trouvé leur rythme. Une chance que l’aîné ait pu, dès la deuxième semaine, aller au centre aéré de l’île de la Barthelasse.

« Il y a la joie de faire participer les enfants à notre réalité. »

Le matin, il faut tout de même se lever à 7h15 pour prendre le bus de 8h. Le spectacle étant à 11h25, les deux parents alternent : pendant que monsieur joue, madame s’occupe de la petite dernière, et le soir cela s’inverse : tandis que monsieur s’occupe des enfants, madame tracte.

« On passe sûrement à côté de beaucoup de choses » m’a avoué Florence. « On aurait pu se produire dans la rue, faire plus de rencontres et pourquoi pas aller à une de ces fêtes dont on voit passer les invitations, mais il y a aussi la joie de faire participer les enfants à notre réalité. Et puis, trouver un mode de garde pendant un mois, cela nous était impossible. »

Et les enfants dans tout ça ? La petite Lena n’a pas paru traumatisée même si notre entretien ne l’a que moyennement intéressée. Quant au grand, quand il n’est pas au centre aéré, il s’est découvert une nouvelle passion : le tractage. Un plaisir pour lui que de proposer aux spectateurs le spectacle de ses parents.

C’est souvent auprès des enfants que nous est rappelé l’essentiel : Avignon n’est-il pas d’abord notre grand terrain de jeu à tous ?

Retrouver d’autres chroniques de Gaël dans son livre paru dernièrement Sur le front d’Avignon
Illustration de Marie-Lys présente sur le festival pour notre plus grand plaisir. Retrouvez son travail sur son site.
Soyez le premier à laisser un commentaire.

LAISSER UN COMMENTAIRE