LES MEILLEURS SPECTACLES DU FESTIVAL, LE BOUCHE À OREILLE

Elikia : A l’écoute d’une enfant soldat

22 juillet 2017, Dans: Meilleur Avignon 2017
1

Marie Lavavasseur met en scène le témoignage de Suzanne Lebeau sur sa rencontre d’Élikia, une enfant soldat. Sur le plateau, la comédienne Fanny Chevallier dit le texte et le plasticien Stéphane Delaunay le traduit en images abstraites vidéo-projetées. Un monologue ; un spectacle dense, dépouillé, d’une grande justesse et d’une grande beauté. Tout simplement magnifique.

Par Stéphane Adamo – Angelina est infirmière. Elle est envoyée dans un pays d’Afrique dans lequel a lieu une guerre civile. De la forêt, viennent un jour deux enfants, Joseph et Élikia. Ils ont fui le camp des rebelles qui les avaient enlevés à leur famille ; arrachés à leur vie d’enfants, pour devenir des enfants esclaves, des enfants soldats. Angelina les recueille.

Élikia est donc un récit, le récit de la rencontre d’Angelina et d’Élikia, et de la relation qui lentement se tisse. Peu à peu, se dégage un autre récit, d’une lourde violence, le récit que les enfants eux-mêmes font à Angelina, le récit qu’ils nous font, de ce qu’ils ont vécu.

Extrême raffinement : en fond de scène, changeantes sous nos yeux, des formes abstraites, d’encre et d’eau, accompagnent le texte sans jamais prendre le pas sur lui.

 

Nous pourrions être gênés d’assister en spectateurs à cette histoire tragique :  avons-nous le droit d’éprouver un plaisir à entendre un tel témoignage, d’en apprécier esthétiquement la mise en scène, d’en faire un spectacle ? Mais cette gêne ne me semble pas justifiée. L’enfant elle-même a demandé à Suzanne Lebeau que sa vie nous soit racontée. Ce récit nous est fait ; nous sommes là pour l’entendre ; nous faisons ce que voulait Élikia. Il est bon que cela soit fait.

Le texte de Suzanne Lebeau est d’une grande densité, précis, net, et cependant parcouru de fulgurances poétiques. Le récit est dur, puisque les faits le sont, et qu’ils sont dits. Mais s’ils sont dits clairement, ils le sont sans aucune complaisance, ni insistance.

La mise en scène de Marie Levavasseur pourrait sembler dépouillée, trop peut-être, trop discrète par rapport à la violence de cette histoire. Mais il me semble que cela lui donne toute sa force, son intensité extrême. Le jeu de Fanny Chevallier est juste, pudique, sincère. L’émotion, toujours contenue, toujours discrète, affleure par moment : le récit, alors, se met à vibrer…

La sobriété de la mise en scène est magnifiquement servie par les projections de Stéphane Delaunay : leur abstraction même donne au récit une profondeur supplémentaire.

NOTRE AVIS – En tout point, le travail de la Compagnie Tourneboulé est admirable. Allez vite voir et entendre ce récit dense et émouvant, sobrement et justement mis en scène.

Élikia, par la Compagnie tourneboulé, Meilleurs spectacles Festival Avignon off 2017, au théâtre Artéphile, du 07 au 28 juillet 2017 à 11h10 (relâche les mercredis).

Soyez le premier à laisser un commentaire.

LAISSER UN COMMENTAIRE