LES MEILLEURS SPECTACLES DU FESTIVAL, LE BOUCHE À OREILLE

Domino, Compact, bouleversant !

8 août 2016, Dans: Meilleurs spectacles 2016
1

Voici un spectacle de danse en deux parties : un diptyque de hip-hop à tendance contemporaine. J’ai été émue par la performance.

Par Sandra Bernard – Le premier: Domino. C’est le duo de deux danseurs de la compagnie Tensei qui évoluent au gré d’un décor en spirale de sparadraps scotchés au sol. L’espace dessiné au sol sert de limite, de scansion et de terrain de jeu.

Des danseurs qui déconstruisent leur décor et utilisent les objets qui leur passent entre les mains comme support graphique, ce n’est pas la première fois qu’on voit ça, bien sûr, mais ce n’est pas pesant. La maîtrise est totale, le rendu parfait. Je sais déjà que je n’ai pas misé sur un mauvais spectacle de danse (vous savez, ceux qui nous donnent envie de hurler « mais danse, au lieu de… ! » Au choix: te rouler par terre, courir, crier, raconter ta vie…).

Je suis bien disposée pour la suite, je ne m’attendais pas à être bouleversée, mais ce fut le cas.

 

La suite s’appelle Compact, de la compagnie BurnOut. D’habitude je ne cherche pas à comprendre en avance les titres en danse, le thème s’impose ou pas. La lumière se fait sur deux corps enlacés. Cette fois c’est une fille, Jann Gallois qui signe la chorégraphie, et un garçon, Rafael Smadja, qui dansait déjà sur le morceau précédent (chapeau !). Ils sont « ensemble », ils se meuvent ensemble, restent enchevêtrés, emmêlés dans une danse compacte et légère en même temps.

Imaginez tous les emboîtements possibles de deux corps, sans chercher le graveleux, ni la domination de l’un sur l’autre. Quelques chamailleries, quelques oppositions ponctuent le spectacle mais ce qui frappe c’est la complémentarité, la parité, la découverte ludique d’un membre qui n’est pas le sien, l’émotion d’une main qui trouve celle de l’autre.

Je suis subjuguée et émue car évidemment cette intimité renvoie à du vécu, universel.

 

MON AVIS. Une maîtrise technique au service de l’émotion. Un final bouleversant.

Domino, Compact, festival Avignon off, au Théâtre Golovine, 18h45

Soyez le premier à laisser un commentaire.

LAISSER UN COMMENTAIRE