LES MEILLEURS SPECTACLES DU FESTIVAL, LE BOUCHE À OREILLE

Finir en beauté, le meilleur pour la fin

16 juillet 2015, Dans: Meilleurs spectacles 2015
2

Terminer le festival par ‘Finir en beauté’ c’est comme finir par la cerise. Une jolie représentation sur le thème du deuil et de l’intime.


mohamed-el-khatib-finir-en-beauté-avignon-off-2015

C’est une prise de parole directe avec le public. Un moment de partage pour parler du deuil avec humour et tendresse.

Comme un hommage à celle qui lui a donné la vie, Mohamed El Khatib invite sa mère au centre de ce spectacle (mi-documentaire, mi-fiction) et nous livre à cœur ouvert les derniers instants de sa vie.

L’hôpital. Un cancer. Un nom sur une maladie que personne ne veut nommer dans la famille.

Ce qui pourrait sembler triste – la perte d’un être cher – devient entre les mains de Mohamed, une confidence tissée d’humour. Comme un troisième niveau de lecture, il nous relate, avec le sourire, cet événement marquant mais attendrissant.

Dans son carnet, il a noté les moments importants; il raconte.

 

LA MERE: Et tu fais quoi en ce moment ?

LE FILS: Je réfléchis.

LA MERE: Mais tu veux pas travailler ?

LE FILS : Si si, je cherche du travail… dans la danse.

LA MERE: Il reste que ça ? (silence) Bon, s’il reste que ça… »

Les enregistrements de sa mère avec le médecin qui explique « il n’y a plus rien à faire maintenant; l’opération n’est plus possible», il nous les fait écouter.

Les mails décapants qu’il a reçus, il nous les livre.

Des condoléances, il nous relate les meilleurs morceaux

 

Il y a aussi ces images, tournées au pays, au milieu du cimetière, et toutes ces anecdotes qui viennent tapisser le spectacle. « Les-petits-bols-à-soupe ; tout le monde cherchait ces-petits-bols-à-soupe, pour servir tout ceux qui étaient venus à la cérémonie et pour les faire partir aussi. Où sont ces-petits-bols-à-soupe ? Seule ma mère savait que les petits bols à soupe étaient dans la soupière ».

 MON AVIS. C’est une petite forme très émouvante, mais pas ‘grave’. Une introspection dans un intime traité avec humour et délicatesse. Seul en scène, Mohamed El Khatib rassemble tous ces bribes de souvenirs, ces matériaux concrets, et les partage avec son auditoire, si proche. Jusqu’à nous laisser seuls, face au portrait de sa maman, une jeune femme. Une belle femme. Mohamed fait revivre celle qui, absente, n’a jamais été aussi vivante pendant 50 minutes. A VOIR et REVOIR sans hésitation.

‘Finir en beauté’, La manufacture, 12h10, 50′, 04 90 85 12 71

 

Soyez le premier à laisser un commentaire.

LAISSER UN COMMENTAIRE