LES MEILLEURS SPECTACLES DU FESTIVAL, LE BOUCHE À OREILLE

Haine des femmes

8 juillet 2015, Dans: Meilleurs spectacles 2015
0

J’avais loupé ce spectacle à Lille, pas question de passer à côté au festival off d’Avignon. « Haine des femmes » est issu d’une histoire vraie: le massacre sauvage de femmes la nuit du 13 juillet 2001 dans le Sahara algérien.


Par Céline Balloy – Ce récit, on le doit à Nadia Kaci qui a recueilli dix plus tard le témoignages des femmes survivantes. On aurait pu croire à un spectacle avec beaucoup de violence. J’étais surprise par cette mise en scène qui a su avec justesse mettre face à l’horreur, le bonheur et la joie de vivre de ces femmes qui se battent au quotidien.

La nécessité de raconter

J’ai adoré entendre ce texte. Une belle adaptation de Mounya Boudiaf qui accorde une place de choix à la parole. Car il y a nécessité à raconter. Le mieux possible.

Et c’est bien de cette parole dont il est question. Une parole prise en charge aussi bien par un homme (et cela fait sens) et une femme qui enchaînent les rôles (mère, avocat, frère, enfant, amie, tortionnaire…) pour nous amener jusqu’au dénouement: un lynchage par une bande d’hommes fanatiques de toutes ces femmes qui travaillaient à Hassi Messaoud, sur le site de la cité pétrolière du Sahara algérien.

Des femmes qui ont laissé leur famille, leurs enfants, tout ce qu’il leur restait, pour tenter de gagner de l’argent. Vivre dignement.

On a du mal à croire à ce massacre commis il y a un peu plus de 10 ans seulement

On a d’ailleurs du mal à penser que cette histoire s’est passée si récemment. Du mal à croire à une telle furie. Il faudra attendre 3 procès pour que justice soit faite: des témoins et des avocats tellement fébriles qu’ils abandonnaient cet engagement juridique. Peur.

J’ai adoré le jeu des acteurs (Hammou Graïa et Astrid Bayiha), qui nous font défiler la vie de ses personnages. Et notamment de cette femme victime, Rahmouna, qui grandit avec sa mère et ses frères et soeur. Elle a une très belle envie de vivre ou de survivre, sans doute ce qui la pousse à un moment de sa vie, sans mari, sans aide, à laisser ses enfants à sa mère, son ex mari pour aller travailler sur cette cité pétrolière. Elle a un sourire qui la rend belle, un sourire qu’elle ne quitte pas. Et puis quoi, elle a de la ressource ! Elle a déjà lutter contre deux mariages qui se sont soldés par deux divorces ! Alors, partir pour gagner de l’argent, elle saura le faire, pour s’en sortir.

Mais le massacre et les tortures dont elle a été victime sont un tournant irrémédiable dans sa vie. Encore aujourd’hui, après le procès, Rahmouna n’a pas remis les pieds en Algérie.

MON AVIS: un texte engagé pour ne pas passer sous silence les injustices faites aux femmes. Un très beau spectacle servi par deux comédiens qui offrent une très belle prestation: sincérité, justesse, au service d’une mise en scène qui a su mettre en parallèle et avec proportion la joie de ces femmes et l’horreur vécue. Un spectacle qui marque.

Présence Pasteur, 21h35, 1h15

Soyez le premier à laisser un commentaire.

LAISSER UN COMMENTAIRE